Alerte sur les masques « Noirs » anti-points noirs

Le 21 avril 2017 - Par La Rédaction avec l'AFP

La Febea (syndicat professionnel du secteur cosmétique) a rapporté jeudi dernier des réactions cutanées et un étiquetage « non conforme » chez certaines marques de « masques noirs ».

Alors que les « patchs » cosmétiques destinés à réduire les imperfections de la peau, telles que les points noirs, les cernes et autres boutons envahissent les grandes surfaces, de plus en plus d’utilisateurs font remonter des réactions cutanées. Le syndicat professionnel du secteur cosmétique donne ainsi l’alerte quant à certains de ces produits.

Des incohérences dans l’étiquetage…

La fédération des entreprises de la beauté (Febea) a tiré la sonnette d’alarme jeudi sur trois produits de beauté vendus en France et destinés à lutter contre les points noirs, en raison de la non-conformité de leur étiquetage à la réglementation européenne. Après avoir constaté que de nombreuses réactions, telles que des irritations, brûlures et allergies, ont été signalées par des utilisateurs, la fédération s’est procuré « les produits les plus populaires pour vérifier la conformité des étiquetages », explique-t-elle dans un communiqué, tandis que leur composition réelle n’a pas été contrôlée. Les trois produits examinés sont ainsi « Black Mask » de la marque One1x, « Suction Black Mask » de Cidbest ainsi que « Purifying Peel-off Mask » de Buoceans, des masques à base de charbon et de colle, selon la Febea. Il en ressort qu' »aucun des produits reçus n’est conforme à la réglementation européenne en ce qui concerne l’étiquetage », avance la Febea, qui remarque également des « incohérences » entre « la liste des ingrédients et les informations portant sur la durée de vie du produit ».

« Cela peut avoir de graves conséquences sur la santé des consommateurs » Febea

… et pas même une traduction en Français

« Aucun de ces produits, pourtant achetés sur un site français, ne sont étiquetés en français, ce qui est pourtant obligatoire », déplore également le syndicat professionnel, estimant qu’ils pourraient être fabriqués en Chine. « Cela peut avoir de graves conséquences sur la santé des consommateurs » juge encore la Febea, alors que « ces derniers mois, les masques noirs à la fonction anti-points noirs, sont devenus un véritable phénomène sur les réseaux sociaux ». Les produits autorisés doivent notamment faire figurer la liste des ingrédients, le numéro de lot ainsi que le nom et l’adresse de la personne responsable, qui est généralement une entreprise, précise-t-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>