Acné : le dermatologue, votre premier interlocuteur !

Le 7 octobre 2016 - Par Vanessa Bernard

L’acné touche 70% des adolescents, et débute à environ 11 ans chez les filles et 12 ans chez les garçons. Au total ce sont 6 millions de personnes qui en souffrent (200 000 pour l’acné sévère).

Cette pathologie est donc très fréquente en particulier chez les adolescents. Causée par l’obstruction des follicules « pilo-sébacés » provoquée elle-même par une production excessive de sébum, elle est non seulement inesthétique (et souvent source de moqueries), mais en sus peut provoquer une inflammation de la peau et ainsi augmenter la prolifération de bactéries. La maladie comporte de nombreuses variantes, selon sa localisation, ses causes, son aspect, sa gravité, les symptômes qui lui sont associés comme la fièvre par exemple. Un florilège peu réjouissant qui se divise en 4 stades :

– Acné degré I : présence de comédons. Peu ou pas de signes inflammatoires

– Acné degré II : présence de comédons  enflammés avec du pus

– Acné degré III : présence de comédons enflammés avec du pus et des nodules inflammatoires

– Acné degré IV : présence de nodules et kystes

Acné : 3 à 5% des trentenaires concernés

Passé le stade de l’adolescence l’acné disparaît dans la grande majorité des cas, spontanément, vers l’âge de 20 ans en général. Mais on constate parfois cette pathologie acnéchez des adultes de plus de 30 ans. Des causes génétiques et environnementales peuvent alors expliquer cette acné « tardive » qui touche 3 à 5% des trentenaires. Il faut savoir aussi que les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant la maladie : si les jeunes hommes sont plus touchés pour des raisons hormonales, les femmes, elles, font face à des difficultés en termes de traitement, la maladie chez elles, résistant mieux aux thérapies.

Quels traitements contre l’acné?

Quoi qu’il en soit, en cas d’acné, le premier réflexe est d’aller voir un dermatologue. Pour les acnés superficielles, un traitement externe local et une bonne hygiène suffisent généralement à combattre la maladie. Quant aux acnés intermédiaires (bénigne à modérée) des traitements à base de peroxyde de benzoyle se révèlent souvent les plus efficaces car la molécule a un effet anti-inflammatoire et permet d’éviter la croissance des bactéries. Dans le cas d’une acné dite grave (lésions cutanées localisées, fièvre ou même douleurs articulaires), la consultation médicale aboutira certainement à une prescription d’antibiotiques. Il existe aussi d’autres thérapies comme la thérapie laser ou la photothérapie. Elles permettent de réduire la production de sébum en traitement curatif mais peuvent également agir sur la réduction des cicatrices provoquées par l’acné. Mais seul un spécialiste pourra bien vous conseiller !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>