5 fruits et légumes par jour, et même un peu plus !

Le 1 mai 2017 - Par Vanessa Bernard

Manger 5 fruits et légumes par jour. Voilà l’un des repères de consommation du PNNS. Mais justement, à l’heure de la révision de ces repères alimentaires pour les adultes du futur Programme national nutrition santé 2017-2021, où en est-on ?

Quant au Programme national nutrition santé, « on peut dire qu’il y a eu quelques succès, dans la mesure où certains objectifs ont été atteints : en moyenne, les Français adultes mangent aujourd’hui un peu plus de fruits et légumes. », commente le Pr. Serge Hercberg, président du PNNS. Seulement voilà, les 5 portions quotidiennes sont encore loin d’être la règle. En France, c’est le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), saisi par la Direction générale de la santé, qui est chargé d’actualiser les repères du futur programme nutritionnel qui couvrira la période 2017-2021. Et pour établir les nouvelles recommandations, le HCSP s’est, entre autres, basé sur le rapport fourni par l’Anses* dont les résultats révèlent que : « La consommation moyenne actuelle du groupe « fruits et légumes » est insuffisante et devrait être considérablement augmentée », en privilégiant les produits frais.

AU MOINS 80 À 100 G DE FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR

C’est ainsi qu’à l’heure de la révision des repères alimentaires pour les adultes, le HCSP redéfinit le périmètre de certains des groupes d’aliments et ajoute de nouveaux repères (au total, 12 au lieu des 8 actuels). Ainsi, les tailles des portions augmentent. Pour les fruits et légumes, par exemple, 80 à 100 g quotidiens sont recommandés et il est même conseillé d’augmenter sa consommation « quel que soit son niveau initial ». En outre, le Haut Conseil de la Santé Publique invite à plus de vigilance quant à l’exposition des fruits et légumes aux pesticides et contaminants.

RÉDUIRE LES MALADIES CHRONIQUES

« Le but des repères du PNNS qui donnent des indications comme 5 fruits et légumes, 3 produits laitiers par jour, du pain et des céréales à chsalad with fresh vegetables falling on plateaque repas …, est d’assurer à celui qui les respecte de consommer tous les nutriments nécessaires à un bon équilibre alimentaire » poursuit le Pr Hercberg. « Déterminant majeur de santé », selon la ministre elle-même, l’alimentation, via ces repères de consommation vise ainsi à couvrir les besoins en prévenant le risque de maladies chroniques associé à la consommation de certains groupes d’aliments. Or selon l’Anses, parmi ceux dont la consommation réduit ce risque, les fruits et légumes « avec un niveau de preuve convaincant. » Leur consommation est par ailleurs associée à une diminution du risque de certains cancers (colorectal, du sein de statut ER négatif (ER-)), ainsi que de diabète de type 2.

ALORS, PRÊTS À MANGER PLUS DE FRUITS ET DE LÉGUMES ?

« Plaisir et santé ne s’opposent pas. Manger des fruits et légumes, ce n’est pas une punition et consommer des produits sucrés, ce n’est pas obligatoirement une récompense ! », poursuit le président du PNNS. Les cuisiniers nous le démontrent tous les jours : on peut donner beaucoup de plaisir avec des aliments qui sont bons pour la santé. Et ils sont nombreux à pouvoir nous régaler : tomate, poivron, aubergine, haricot, chou, pois, fraise, ananas, banane, coing, poire, pomme, chicorée, endive, laitue… N’avez-vous pas l’eau à la bouche ?

*Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

DEVENEZ UN ACTEUR DE LA RECHERCHE ET DE VOTRE SANTE AVEC NUTRINET- SANTE

L’étude NutriNetNutrinet -Santé (menée par des chercheurs de l’INSERM) vise à mieux comprendre les relations entre la nutrition (alimentation et activité physique) et la santé afin de lutter contre certaines maladies. En consacrant juste quelques minutes par mois pour répondre par Internet aux différents questionnaires simples et confidentiels sur l’alimentation, l’activité physique et la santé, chacun peut, à travers un geste citoyen, devenir un acteur de la recherche. Les chercheurs comptent donc sur votre soutien ! Inscrivez-vous sur le site de l’étude : www.etude-nutrinet-sante.fr et participez au progrès de la recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>