3e PLAN CANCER : LA DETERMINATION DU GOUVERNEMENT DANS UNE CAUSE NATIONALE

Le 28 février 2015 - Par Gaële Bengui

Le 4 février dernier, lors de la Journée Mondiale contre le cancer, Marisol Touraine se rendait à Bordeaux au Centre Bergonié*. L’occasion pour la ministre de rappeler l’importance de la mobilisation de tous contre cette maladie, un an jour pour jour après le lancement du 3e Plan cancer…

« Chaque année, 400 000 nouveaux cas sont diagnostiqués », a démarré Marisol Touraine, dans son discours. Le ton est donné. Pour le gouvernement, en effet, la maladie est une « cause nationale ». Les Plans cancer successifs mis en place par les pouvoirs publics montrent d’ailleurs clairement leur détermination à mieux les prévenir, les diagnostiquer pour augmenter les chances de guérison. La ministre a, en outre, rappelé l’importance cruciale de la recherche et de l’innovation, qu’il faut continuer d’encourager, les découvertes scientifiques d’aujourd’hui étant les remèdes de demain. Et c’est aussi là tout l’enjeu du dernier plan qui dès sa première année de lancement a vu des efforts importants être déployés pour programmer la mise en œuvre des 185 actions qui le composent et en organiser le pilotage et le suivi. A un an du lancement de sa 3e phase (2014-2019), le premier point d’étape rapporté par le Professeur Agnès Buzyn, présidente de l’INCa à François Hollande faisait état, il y a quelques jours des avancées concrètes.

*A Bordeaux, l’Institut Bergonié représente un pôle d’excellence dans la lutte contre le cancer